À propos

La Biennale d’art contemporain de la commune de Strassen…

… une vitrine ouverte sur la création contemporaine

Imaginée il y a dix-huit ans par un groupe de passionnés et fervents amateurs d’art contemporain, la Biennale de la commune de Strassen a depuis le vent en poupe. En témoigne la longévité de l’événement et la qualité des artistes et des membres du jury qui ont encore répondu à l’appel pour cette 10ème édition.

C’est en 2001 que la « Commission de la Culture » de la commune de Strassen, présidée par Gaston Greivelinger, alors également échevin à la culture avant d’être élu maire en 2007, décide de faire mentir une fois de plus ceux qui aiment à qualifier Strassen de « commune-dortoir » et de démontrer qu’avec une Biennale d’art contemporain, ils parviendraient à rendre l’art et la culture accessible au plus grand nombre. C’est aujourd’hui chose faite !

Une Biennale attirante et de haut niveau…

La Biennale, qui fait partie des concours les plus richement dotés dans sa catégorie, ne cherchait pas à copier tel ou tel autre événement existant. Au contraire, le moteur qui anime depuis ses début les organisateurs et la commune qui se positionne comme véritable mécène, c’était de contribuer au rayonnement culturel de Strassen, favoriser la rencontre et le dialogue entre les artistes et le public et de traduire les aspects de la création artistique contemporaine au Grand-Duché de Luxembourg.

Un jury qui par ailleurs accueille chaque année quelques nouveaux membres (Danièle Wagener, Jo Kox, Clément Minighetti, Christian Mosar…) afin de ne pas tomber dans une routine nécrosante et de ne négliger aucun courant artistique, place bien haut la barre de sélection et la renommée des artistes concourant, est une autre preuve tangible de la qualité artistique de cette Biennale. La sélection des artistes par le jury se fait par ailleurs de manière strictement anonyme.

Une Biennale ouverte et éclectique…

Concours ouvert aux artistes plasticiens du Grand-Duché et de la Grande-Région, sans limite d’âge, la priorité est donnée à l’originalité, la technicité et le professionnalisme des œuvres proposées en privilégiant une sélection de nature très éclectique. De manière générale, les participants sont en majorité des artistes confirmés ou établis. Très peu de peintres du dimanche envoient leurs réalisations. Souvent reconnus mais peu connus, on n’est pas à l’abri d’une surprise et parfois on détecte des talents là où on ne les soupçonnait pas.

Le seul bémol serait éventuellement lié au nombre restreint de sculptures, photos et autres techniques digitales présentées ou encore la faible participation d’artistes de la jeune génération. Il y a du pain sur la planche et c’est tant mieux ! Un appel est lancé aux écoles des Beaux-Arts, galeristes et curateurs pour permettre aux jeunes talents de profiter de cette plateforme unique et de se mesurer entre pairs au risque de rapporter un prix, de rencontrer des collectionneurs avertis ou encore de gagner de l’expérience.

Une Biennale accessible et transfrontalière…

Aujourd’hui, en proposant un accrochage qui compte en moyenne pas moins de 50 œuvres parmi plus de 500 pièces provenant de près de 150 artistes locaux et de la Grande-Région, la commune de Strassen peut se targuer de proposer un événement qui dépasse le cadre communal avec un rayonnement qui va même au-delà des frontières.

Parmi les highlights des dernières éditions, ce n’est pas sans une certaine fierté que la Biennale compte parmi ses lauréats des talents tels que Jean Fetz, Rafaël Springer, Dani Neumann, qui en est à sa neuvième participation, Gérard Claude, Sali Müller ou encore Eric Mangen révélation, entre autres, de l’émission Generation Art (émission produite et diffusée par RTL Tele Lëtzebuerg).

Ce sont donc près de 600 visiteurs qui sillonnent tous les deux ans l’espace exposition du Centre Barblé transformé pour l’occasion en une galerie immense et plurielle.

Une Biennale pérenne…

Sans prétention ni appréhension, la Biennale peut donc sereinement briguer le jubilée qui sera célébré en 2019 avec de nouveaux lauréats, encore plus de diversité et quelques surprises à la clé.

A la veille de souffler ses 10 bougies, le vœu le plus cher des organisateurs de la Biennale d’art contemporain de Strassen serait celui de passer du statut d’événement vers celui de marque et de jouer dans la cour des influenceurs dans le piccolo mondo de la scène artistique luxembourgeoise.

Voilà en tout cas de belles ambitions et un défi passionnant en vue !